7.5 C
Madrid
jueves, diciembre 7, 2023
spot_img

Web Summit 2020 – Le Web ouvert peut-il repousser les jardins clos des grandes technologies ? Entretien avec le fondateur de Drupal, Dries Buytaert

(Dries Buytaert de Drupal et Acquia,)

Les lecteurs savent que j’ai été perpétuellement déçu par le manque de créativité dans les événements virtuels. En règle générale, plus l’événement est important, plus la soi-disant « expérience » est passive/impersonnelle.

Je n’attendais pas vraiment avec impatience le Web Summit 2020 – un événement technologique aussi massif que possible. Mais les organisateurs m’ont prouvé le contraire (le Web Summit a déjà son site Lisbonne 2021 en place pour novembre prochain).

Web Summit a réussi à organiser un événement virtuel à grande échelle, tout en créant de petites niches et des opportunités de réseautage qui ont remué le pot, de la meilleure des manières. J’étais tellement concentré sur la rare chance d’avoir des tables rondes vigoureuses avec des collègues des médias – et de réseauter avec d’autres participants à travers le monde – que j’ai raté certaines sessions notables.

L’un était Open web = open world?, où un panel de sommités technologiques a abordé un sujet volatile / essentiel. Le changement est en marche. La grande technologie tombe sous la pression réglementaire et les supersites de médias sociaux subissent une pression sans précédent pour leurs décisions algorithmiques/éditoriales/données. Mais cela ne signifie pas qu’un meilleur Internet émerge comme par magie.

Au contraire, je dirais que les supersites en ligne font plus pour diviser la société que pour créer un modèle démocratique/ouvert. Au lieu d’une fondation pour le dialogue, nous avons construit une dystopie algorithmique de consumérisme obsessionnel et de radicalisation politique via des bulles de filtres, hostiles à tout fait qui sape leur prémisse de division. Garçon, j’ai besoin d’un peu d’esprit de vacances, n’est-ce pas ?

Dries Buytaert, fondateur et CTO de Drupal et Acquia intervient

Personne de mieux à qui parler que Dries Buytaert, fondateur et CTO de Drupal et fondateur et CTO d’Acquia (présentée comme la «plate-forme d’expérience numérique ouverte pour Drupal»). Buytaert, qui est apparu sur le Web Summit Panel, n’est pas ce que j’appellerais un optimiste naïf. Ce n’était pas non plus son travail de me remonter le moral. Mais parler à quelqu’un qui agit sur ces questions est toujours réconfortant. Donc, après la fin du Web Summit, Buytaert et moi avons fait exactement cela. Alors, comment s’est passé le panneau ? Comme me l’a dit Buytaert :

Il s’agissait d’une table ronde avec Matt Mullenweg, le fondateur de WordPress, et Mitchell Baker, fondateur et PDG de Mozilla. Nous faisons tous les trois des choses open source et liées au Web ouvert depuis quelques décennies. C’était génial de leur parler de l’avenir du Web et de l’importance de se battre pour l’ouverture du Web.

Une question urgente : repousser la domination des jardins clos. Buytaert poursuit :

Un peu de la conversation était autour, «Le Web ouvert peut-il même encore gagner?» Il y a une telle force avec les Facebook et les Google – ces quelques jardins clos. Une grande partie du Web s’est déplacée dans ces jardins clos en ce moment. En général, nous trois avons trouvé cela dommage, car vous perdez tellement. Vous perdez tellement de sérendipité et de créativité – parce que chaque page Facebook se ressemble, n’est-ce pas ? Versus chaque site Web peut être différent.

Ensuite, il y a les implications en matière de confidentialité et les dangers de l’échange de commodité contre des données. J’ai essayé mon discours de souche «citoyenneté du web» sur Buytaert. Je crois que l’absurdité algorithmique du Web se poursuivra, tant que les utilisateurs individuels s’attendent à être nourris à la cuillère de tout ce qui les engage dans l’interface la plus facile à lire possible.

L’influence omniprésente des grandes technologies – avons-nous besoin d’une surveillance algorithmique ?

Une des caractéristiques du web ouvert classique : nous avons pris l’obligation d’être des super-utilisateurs éduqués. Nous avons recherché des débats animés; nous avons recherché des sites Web obscurs qui résonnaient. Nous nous sommes connectés et avons publié des commentaires de blog réfléchis, plutôt que de retweeter compulsivement quelque chose de gentil à propos de nos employeurs. Tout comme les électeurs doivent être bien informés pour que la démocratie fonctionne, un Web ouvert dépend de vrais citoyens du Web – et pas seulement d’une consommation enragée de produits et de vidéos. La réaction de Buytaert ?

Je n’y ai pas pensé de cette façon, mais j’aime cette analogie. C’est presque comme si le Web ouvert était le bien commun. Et, vous savez, comme pour tout bien commun, nous devons tous contribuer à l’entretien et au bien-être des biens communs. Je pense que c’est là où vous voulez en venir avec la citoyenneté, et donc cela me parle vraiment. Nous devons tous faire notre part pour garder nos mondes partagés sûrs, sécurisés, amusants et sains.

Buytaert voit des parallèles historiques : à mesure que les biens communs augmentent, ils deviennent difficiles à maintenir à grande échelle pour les volontaires. Le soutien du gouvernement peut faiblir ou s’estomper ; les alternatives commerciales se multiplient. Nous voyons maintenant le côté obscur des empires en ligne qui dépassent le pouvoir de la plupart des gouvernements. Et c’est là que Buytaert s’écarte un peu de mon accent sur la responsabilité personnelle. Il a une autre question en tête :

Une chose qui est ressortie de notre table ronde était : avons-nous besoin d’oublis algorithmiques ? Et cela revient à : le gouvernement devrait-il jouer un rôle à cet égard ? Et ma position était : oui. Parce que ce n’est pas nouveau. De toute évidence, Google et Facebook fournissent du contenu aux masses, comme vous l’avez souligné, mais le risque réside dans la partialité de leur contenu. Ils sont en fait capables de, vous savez, manipuler est peut-être un mot trop fort, ou peut-être pas.

Mais ils sont capables d’orienter l’état d’esprit de la société en fonction de ce que l’algorithme décide réellement. Et il y a déjà beaucoup d’exemples de cela, n’est-ce pas? C’est plus que le web aussi. Les gens vont en prison à cause des résultats des tests ADN, qui sont des algorithmes logiciels analysant votre ADN. Comment savons-nous que ces tests ADN sont corrects ? Comment valider que ces algorithmes qui impactent la société, qu’ils sont corrects avec un C majuscule ?

Buytaert a utilisé une analogie historique :

Le parallèle que j’ai fait était avec la Food and Drug Administration. Si vous revenez quelques centaines d’années en arrière, tout le monde pourrait littéralement fabriquer des médicaments dans son garage et les vendre à d’autres personnes. Évidemment, c’était une mauvaise idée. Et donc le gouvernement est intervenu pour créer une Food and Drug Administration, ou des organisations similaires en Europe. Et ils ont fourni une certaine gouvernance autour de cela pour s’assurer que l’impact sur le reste du pays n’était pas un désastre.

Un point important/difficile que Buytaert soulève ici : il ne parle pas seulement de réglementer les grandes entreprises technologiques. Il parle d’un certain type de surveillance sur les algorithmes eux-mêmes.

Cela soulève la question, devrions-nous faire la même chose avec les algorithmes ? Je pense que nos algorithmes sont comparables aux aliments et aux médicaments, en ce sens qu’ils nécessitent une certaine surveillance. Ensuite, j’ai suggéré au panel, si vous regardez ce que fait la FDA, si j’achète une barre de chocolat, je peux littéralement voir au dos de la barre de chocolat – il y a une étiquette nutritionnelle. En dix secondes, je peux avoir une idée de «C’est si grave que ça ?»

Oui, nous accordons aux sites Web l’accès à nos données, mais nous le faisons via des termes et conditions élaborés qu’un profane aurait du mal à parcourir. Buytaert demande : existe-t-il une solution plus transparente ?

Devrions-nous avoir un système similaire pour les algorithmes, où je peux réellement aller sur un site, et je peux voir en dix secondes, «Voici comment mes données sont utilisées ?» À l’heure actuelle, vous devez parcourir ces politiques d’utilisation de trente pages.

Comment inciter les organisations à agir ?

Je suis assez hostile aux jardins clos et aux algorithmes qui exercent un contrôle démesuré sur ce que nous voyons et consommons. Mais diaboliser la grande technologie est simpliste. Cela rend un mauvais service à la façon dont ces structures problématiques sont construites. Souvent avec de bonnes intentions – même si je dirais que la recherche du profit a stimulé les pires aspects du contenu viral, ainsi que toutes les innovations qui se sont produites. Comme le dit Buytaert :

C’est la partie difficile à ce sujet. Les deux premiers points sembleraient dénigrer un peu ces grands géants de la technologie, mais je ne pense pas qu’ils opèrent à partir d’intentions malveillantes. Par exemple, il y a quelques années, il y avait un article sur la façon dont les résultats de recherche Google étaient à la limite du racisme.

Je ne crois pas que ce soit ce que veut Google. Je suis sûr qu’ils en ont eu honte et qu’ils ont rapidement réagi. Encore une fois, je ne veux pas les dénigrer… Ces organisations ont fait tant de grandes choses – Twitter, Facebook, Google… Je pense que Google et les autres ont fait plus de bien que de mal. Donc, encore une fois, je ne veux pas être le gars qui va négatif Nelly à propos de ces entreprises, car nous avons besoin d’une vision nuancée ici. Vous ne voulez pas non plus remonter le temps. Nous voulons ces plates-formes mondiales qui donnent la parole aux gens – c’est important.

D’accord, c’est la situation. Mais en dehors de la surveillance réglementaire, que peut-on faire d’autre ? Et quel est le rôle des organisations – telles que le type qui lit diginomica ? Compte tenu de la longue histoire de Buytaert avec l’open source via le CMS de Drupal, il n’est pas surprenant qu’il voit un rôle pour l’open source ici.

Nous sommes de grands partisans de l’open source, évidemment. Acquia dispose également d’une plate-forme de données client, ce qui est réellement pertinent à cet égard, car elle permet aux organisations de gérer le RGPD, par exemple, et de mettre en place de bonnes politiques de conservation des données.

Si votre entreprise souhaite faire partie de la solution, commencez par vous attaquer à la transparence des données utilisateur :

La plupart des organisations sont une sorte de gâchis quand il s’agit de leurs données. Pour les organisations, la première bonne étape consiste à contrôler toutes les données dont vous disposez, puis à disposer des outils pour vous aider à gérer vos données. Nous essayons donc d’être un facilitateur. Je veux dire, c’est aux entreprises elles-mêmes, évidemment. Nous ne pouvons pas leur dire quoi faire, mais nous pouvons leur donner les outils pour s’améliorer. Quel est le mot? De meilleurs mainteneurs de données.

Ma prise

Mon plaidoyer pour la citoyenneté du web découle de ceci : nous ne pouvons pas être des spectateurs passifs, attendant que des superviseurs ou des chiens de garde bienveillants interviennent.

Mais le rôle de la régulation doit être pris en compte. Un individu ne peut rien faire contre un algorithme discriminatoire. La régulation des algorithmes entraîne une multitude de problèmes juridiques et de propriété intellectuelle complexes – une réalité que Buytaert n’a pas perdue de vue. Je m’inquiète de la réglementation. Je m’inquiète de la littératie numérique des législateurs (l’ignorance technique notoire qui a entaché le débat sur les portes dérobées de sécurité en est un exemple flagrant). Buytaert soutient une poussée réglementaire, mais il reconnaît l’inquiétude :

J’ai l’impression que nos gouvernements nous ont laissé tomber à ce sujet; ils sont en retard à la fête. Nous en parlons depuis si longtemps, et j’en attends plus. C’est aussi pourquoi, comme vous, je suis un peu nerveux. Je ne sais pas si c’était le bon mot, mais je m’inquiète de cette influence du gouvernement, car ils n’ont pas le meilleur bilan jusqu’à présent.

Je crains aussi que des groupes idéologiques abandonnent les sites géants pour former leurs propres bulles de filtres extrémistes. Ce n’est pas non plus le Web ouvert. Si un aspect du Web ouvert englobe cette capacité de «super-utilisateur» à rechercher des informations, l’autre est la curiosité intellectuelle – la volonté de remettre en question ses propres positions. Si Facebook se scindait en une poignée de bulles de filtres idéologiquement homogènes, cela n’aiderait en rien la société.

Ce n’est pas une jolie image, ni celle de la joie des fêtes. Mais il est bon de réfléchir à la manière dont nous pouvons intégrer des sensibilités éthiques dans nos aspirations professionnelles – plutôt que d’avoir des conversations parallèles non pertinentes pendant que le sable glisse du sablier. Oui, la politique ruine la fontaine à eau. Mais : si nos organisations peuvent avoir un impact sur ces questions, cela peut peut-être être une force motivante. Espérons que nous pourrons susciter cette motivation sur ces pages en 2021.

Mise à jour le 17 décembre à 7 h 00 PT, avec des ajustements mineurs pour la clarté de la lecture. Je prévois également d’ajouter quelques liens supplémentaires à la pièce.

Artículos relacionados

Dejar respuesta

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Anuncio -spot_img

Últimos artículos

3,913SeguidoresSeguir
0suscriptoresSuscribirte